10 idées reçues sur la Gestation pour Autrui

10 idées reçues sur la Gestation pour Autrui

Au cours des dernières années, il y a eu une augmentation significative du nombre de familles qui ont opté pour une maternité de substitution afin de les aider à bâtir leur famille. Bien qu’il soit question d’une pratique légale en Ukraine depuis 1997, nous sommes souvent confrontés à de nombreuses idées fausses et questions lorsque les gens ne comprennent pas bien comment cela fonctionne. Voici quelques-unes des plus communes qui se posent quand les gens pensent ce que représente la gestation pour autrui.

« Une femme peut opter pour la maternité de substitution pour éviter une grossesse »

Cela ne peut pas être plus loin de la réalité. La maternité de substitution n’est pas une décision qui est prise à la légère.. Les parcours de maternité de substitution sont des processus longs et souvent très éprouvants sur un plan psychique. En Ukraine, le ministère de la Santé a établi que seules les personnes atteintes d’une condition médicale sont autorisées à s’engager dans des programmes de gestation pour autrui, de sorte que la maternité de substitution n’est pas simplement « une option », c’est souvent la seule option.

« La maternité de substitution exploite les femmes »

Tant qu’un programme de maternité de substitution adhère à un cadre juridique et applique des contrats qui protègent les intérêts des mères porteuses et des parents, il n’y a aucune raison pour que quelqu’un soit exploité. C’est probablement le sujet le plus débattu en ce qui concerne la maternité de substitution, mais qui ne semble être mis en cause que lorsque nous discutons de pays comme l’Ukraine et non des États-Unis.

Dans ces deux pays, la maternité de substitution gestationnelle commerciale est une pratique courante dans laquelle la mère porteuse reçoit une compensation financière. Aux États-Unis, c’est beaucoup plus élevé qu’en Ukraine, où les salaires moyens sont plus bas, mais cela ne signifie pas que les femmes d’ici sont moins capables de faire leurs propres choix.

Nous passons beaucoup de temps à parler aux mères porteuses pour nous assurer qu’elles comprennent les implications d’un programme de maternité de substitution et qu’elles ont le soutien de leurs proches. La plupart des femmes qui cherchent un programme de maternité de substitution sont stables et responsables, avec des objectifs clairs pour leur avenir et la compensation financière obtenue grâce à un programme de maternité de substitution leur permettra de réaliser leurs projets..

C’est l’une des raisons pour lesquelles nous croyons que le contact direct entre les parents et les mères porteuses est fondamental – les organismes ne devraient être là que pour aider et soutenir cette relation. En outre, assurer des paiements directs à votre mère porteuse assure que c’est vraiment elle qui reçoit l’argent et dans les délais établis par votre contrat.

« Le bébé est génétiquement lié à la mère porteuse »

La maternité de substitution traditionnelle et la maternité de substitution gestationnelle (cette dernière rendue possible par FIV) sont deux choses complètement différentes. La maternité de substitution traditionnelle, c’est quand le bébé est conçu en utilisant les ovocytes de la mère porteuse et alors que ces accords existent, la définition de la filiation est bien plus compliquée.

Dans la maternité de substitution gestationnelle, la mère porteuse n’a aucun lien biologique avec le bébé qu’elle porte et le bébé est soit conçu avec les ovocytes de la mère d’intention ou avec l’aide d’une donneuse.

En Ukraine, seuls les programmes de maternité de substitution gestationnelle sont autorisés.

« Les mères porteuses ne le font que pour l’argent »

Il est vrai que les programmes de maternité de substitution commerciale accordent une compensation financière aux mères porteuses telle, que cela va leur permettre de changer de vie et c’est une grande motivation, mais ce n’est jamais la seule.

En Ukraine, toutes les mères porteuses sont elles-mêmes mères et veulent aider les autres à atteindre la parentalité. Certaines aiment être enceintes. Certaines ont des amis ou des membres de la famille touchés par l’infertilité.

Il ne s’agit jamais seulement de la récompense financière.

“La mère porteuse pourrait garder le bébé”

En Ukraine, la filiation est déterminée à partir du moment de la conception (consentements médicaux sur la provenance des gamètes utilisés pour la FIV, signés par la clinique de fertilité) et le contrat de gestation ( signé avant le transfert de l’embryon). Ces documents servent de preuve que les futurs parents sont les parents légaux en vertu de la loi ukrainienne.

La gestatrice n’est jamais biologiquement liée au bébé qu’elle porte et n’a pas de droit parental sur l’enfant.

La loi mise à part, après avoir parlé à de nombreuses mères porteuses en’Ukraine et dans d’autres pays, elles ne considèrent jamais le bébé comme le leur. Elles sont déjà mères et sont prêtes à aider les autres à réaliser la même chose. Devenir mère porteuse est un engagement très fort et comme les couples qui commencent un programme, c’est une décision qui n’est pas prise à la légère.

La plupart des mères porteuses sont bien plus inquiètes à l’idée que les parents d’intention changent d’avis – ce qui est, si l’on regarde les statistiques, de manière très alarmante, plus fréquent que l’inverse.

« La maternité de substitution est seulement pour les riches ou les célébrités »

Il n’y a pas que les célébrités qui ont des bébés par GPA. Vous seriez surpris par le nombre de personnes qui sont entrées en contact direct ou indirect avec la maternité de substitution. Au cours des 10 dernières années, c’est une pratique qui est devenue plus accessible, acceptée et abordable grâce à des destinations comme l’Ukraine ou le Mexique.

“Je ne pourrais jamais me permettre la maternité de substitution “

Il ne fait aucun doute que la gestation pour autrui  est un processus coûteux pour les futurs parents, mais il y a de plus en plus d’options et de façons de rendre les paiements plus gérables. Sauf si vous sentez que vous en avez vraiment besoin, évitez les programmes tout compris, qui sont des forfaits et concentrez-vous sur les services dont vous avez besoin pour faire de votre programme un succès.

« La maternité de substitution est illégale dans mon pays »

C’est vrai qu’il sera totalement proscrit d’avoir recours à la GPA dans la plupart des pays européens, mais cela ne veut pas dire que cela est impossible, du moment que vous le fassiez dans un pays où cette pratique est légale.

« Toutes les GPA sont des grossesses difficiles»

Les grossesses de substitution présentent les mêmes risques que n’importe quelle grossesse.

Personne ne peut garantir une grossesse sans complication, mais les directives strictes et l’observation tout au long d’une grossesse de substitution visent à minimiser ces risques autant que possible.

Toutes les mères porteuses en Ukraine doivent avoir eu une grossesse et une naissance sans complication avant d’être acceptées dans un programme et subissent chaque mois une longue liste de tests.

Quant aux grossesses multiples, la décision du nombre d’embryons à implanter est prise par les parents et autorisée par la mère porteuse. Si les deux parties et le médecin sont d’accord, un maximum de 2 peuvent être transférés. Statistiquement, cela augmente la possibilité que les deux embryons s’implantent entraînant une grossesse gémellaire mais il faut garder à l’esprit que cela peut être une grossesse et une naissance plus risquées et plus coûteuses.

« J’aurai du mal à tisser des liens avec mon bébé »

Il s’agit d’une préoccupation courante pour la plupart des futurs parents qui passent par ce processus, mais il n’y a aucune preuve qui étaye cette supposition et notre expérience nous prouve le contraire. Il n’y a pas de distinction entre les parents qui ont eu des enfants naturellement, ceux qui ont utilisé des donneurs et ceux qui ont adopté, le lien que vous créez avec vos enfants se fait lorsque vous prenez soin d’eux et en les aimant inconditionnellement, le fait de ne pas les avoir mis au monde ne changera rien.

Même si vous ne vivez pas la grossesse physiquement, la maternité de substitution doit être un partenariat avec votre mère porteuse et il n’y a aucune raison pour laquelle vous ne pouvez pas créer un lien fort avec elle et ainsi vivre cette grossesse d’une autre façon. La grande majorité des mères porteuses sont ouvertes à communiquer et à faire participer les parents d’intentions, en faisant écouter des enregistrements de leurs voix par exemple. Nous encourageons toujours à ce que les couples viennent aussi pendant la grossesse pour partager des moments privilégiés avec la femme qui changera leur vie.